D’où vient ce nom, Montlognon ?

   Le document le plus ancien qui a été trouvé concernant Montlognon :

   De prime abord, l’orthographe avec un « t » semble erronée compte tenu de l’origine du nom et de l’écriture de ce même nom dans les textes où il apparaît au XVIIIe siècle (traduction du cartulaire de l’abbaye de Chaalis) « Muleinum de Alodus… » peut se lire dans une charte de l’abbaye de Chaalis datée de 1187. Il y est fait allusion à une donation de terres sises à Montlognon à l’abbaye Sainte-Marie de Chaalis par les chevaliers Aubry de Guignecourt et Henri de Baron, sous le sceau de l’évêque de Senlis Geoffroy et avec l’accord de Pierre de Fontaines dont les terres dépendaient. « Charte de Geofroy, Evesque de Senlis, concernant deux donations faites à Chaâlis, l’une par Albert de Guinecourt de 4 arpens et demi au terroir de Monlognon qui reçut des Religieux 10 livres parisis ; l’autre par Henri Berron de six arpens au même terroir qui reçut aussi en compensation 15 livres parisis » (Texte résumant la charte, inscrit sur la page de gauche du cartulaire du XVIIIème siècle, FONTAINE ET FOURCHERET – Tome I, N°16, 1187)

   Bas-latin molinum (VIe siècle, Cassiodore), de mola, meule. On est donc en présence d’un moulin mais pour rire on peut évoquer une racine latine qui signifiait mulet, ce qui ne ferait pas forcément plaisir aux Moliniens (néologisme non sans fondement).

   Le monlognon (moulin de Montlognon) était un alleu de l’abbaye de Chaalis, c'est-à-dire qu’il était franc de tout droit seigneurial et il était « héréditaire ». On trouve aussi une citation du terroir de Montlognon dans une charte de l’Official de Senlis, « contenant vente par Albert de Monlognon à Messieurs de Chaâlis, d’un arpent de terre proche le mur de la grange de Fourcheret, moyennant 6 livres parisis, lequel arpent est exempt de tous droits sauf la dîme. » Elle est datée de 1219.

   Fontaine Sainte-Geneviève :

   Sainte-Geneviève : « Inhumée au début du VIe siècle dans une basilique construite par Clovis à Paris en l’honneur des saint Apôtres Pierre et Paul et devenue patronne de la capitale royale, Geneviève possédait à la fin du Moyen Âge un pouvoir miraculeux en liaison avec l’ergotisme du seigle, le mal des ardents. Ces faits rendent difficile la datation des paroisses érigées en son honneur et des fontaines placées sous son invocation. Une possession fiscale est attestée à Verneuil et probable à Montlognon. » (Michel Roblin, Le terroir de l’Oise aux époques gallo-romaines et franques, PICARD, 1978)

« La fontaine Sainte-Geneviève en allant vers Chaalis était le siège d’un pèlerinage célèbre pour la guérison de la fièvre. »

« Les arbres remarquables nommés Le Gros Chêne et Le Chatignier sont de probables témoignages de la religion gauloise » Notice d’archéologie sur le département de l’Oise, 1856.

   Mont-Laignon, Moleugnon (Muleinum). Paroisse à la nomination du chapitre Notre-Dame de Senlis. Église rebâtie vers 1775, mais on a conservé l’ancien portail décoré d’un grand cordon en zigz ags, autour d’un plein cintre, et de chapiteaux à personnages. Ces ornements indiquent une construction du commencement du XIème siècle, font regarder le portail dont il s’agit come l’édifice le plus ancien du canton. Il y avait un grand pèlerinage en ce lieu. Les rues de Montlognon sont larges et aérées. Le village est sain quoiqu’assis dans une vallée humide. La commune de Montlognon a été réunie à celle de Fontaine-les-Corps-nuds par l’ordonnance du 23 septembre 1825. Elle est forte de quarante feux. Ensemble : 466 hts et 104 maisons. Graves (vers 1827)

J.-M. Vasseur 2008.

Carte de Montlognon 1750

Autre source ...

 

L'orthographe de Mont’Lognon, datant de 1789, ne doit pas nous égarer.

Ne cherchons pas de Lognon dans les environs.

Remontons plutôt dans le temps pour trouver l’origine de ce nom.

On trouve, aux 16ème. et 17ème siècles MOULIGNON,.

Ces noms proviennent du mot latin MOLINUM, (molinio en gallo-romain) qui signifie «le moulin» (venant de mola, la meule). En effet, au 12ème siècle, il y avait sur la Nonette un moulin à eau qui appartenait au chapitre de la cathédrale de Senlis. A cette époque, MONIONO (notre Montlognon) était déjà une paroisse avec son église. Son porche roman, datant du 11ème siècle, toujours en place en témoigne.

Jean-Marie et Françoise Mothon (Extrait de La Rurale n°13, été 1980)

 

 Quelques données ...

 Région

 Picardie

 Département

 Oise

 Arrondissement

 Senlis

 Canton

 Nanteuil

 Code insee

 60422

 Code postal

 60300

 Intercommunalité

 Communauté des pays de Senlis

 Altitude

 62 m (mini) - 122 m (maxi) 

 Superficie

 5,24 km2

 Population

 236 habitants

 Densité

 45 hab/km2

Evolution démographique

1962

1968

1975

1982

1990

1999

125

161

211

204

177

236

© 2014 STR